<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?> Garae http://www.garae.fr/ fr SPIP - www.spip.net Vivre et faire vivre le Moyen-Âge http://garae.fr/new/spip.php?article476 http://garae.fr/new/spip.php?article476 2018-10-19T07:08:46Z text/html fr ethno garae Mise en avant Actualites <p><strong>Appel à communication</strong><br/> Colloque international et pluridiscipliniaire<br/> <strong>19-20-21 Juin 2019 à Carcassonne</strong></p> - <a href="http://garae.fr/new/spip.php?rubrique42" rel="directory">Les colloques</a> / <a href="http://garae.fr/new/spip.php?mot13" rel="tag">Mise en avant Actualites</a> <img class='spip_logos' alt="" align="right" src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L150xH100/arton476-b1052.jpg" width='150' height='100' style='height:100px;width:150px;' /> <div class='rss_texte'><p><strong>Appel à communication</strong><br/> Colloque international et pluridiscipliniaire<br/> <strong>19-20-21 Juin 2019 à Carcassonne</strong><br/></p> <dl class='spip_document_1629 spip_documents spip_documents_right' style='float:right;width:120px;'> <dt><a href="http://garae.fr/new/IMG/pdf/AAC_colloque_Vivre_et_faire_vivre_le_Moyen_V3.pdf" title='PDF - 80.8 ko' type="application/pdf"><img src='http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L100xH100/document_100x100-2-a7463.jpg' width='100' height='100' alt='PDF - 80.8 ko' style='height:100px;width:100px;' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Appel à communication Colloque Vivre et faire vivre le Moyen-Âge</strong></dt> </dl> <p>Depuis son invention par les humanistes du XVème siècle, le Moyen Âge habite l'imaginaire occidental et se pare, en fonction des préoccupations propres à chaque période, d'attraits ou de travers variables. Synonyme d'obscurantisme et de barbarie au temps de la Renaissance et des Lumières, il excite les imaginations romantiques qui l'associent à l'enfance de la civilisation [<a href='#nb1' class='spip_note' rel='footnote' title='Durand-Le Guern Isabelle, Le Moyen Âge des romantiques, PUR, Rennes, 2001 ; (...)' id='nh1'>1</a>] Sous la Troisième République, alors que les tenants de l'ordre politique et religieux d'Ancien Régime le célèbrent en tant qu'âge d'or de la monarchie et de la chrétienté, les chantres de la laïcité et de la démocratie l'exècrent, érigeant en repoussoir le fanatisme et la tyrannie qu'il incarne à leurs yeux. Tous néanmoins s'accordent pour en faire un chapitre essentiel de notre roman national, y compris les plus sévères à son égard qui entrevoient dans ces âges sombres les signes avant-coureurs et salutaires de la modernité républicaine, tel le mouvement communal. S'y recrutent ainsi nombre de héros consensuels, telle Jeanne d'Arc, élevée au rang d'emblème de l'identité française [<a href='#nb2' class='spip_note' rel='footnote' title='Amalvi Christian, Le Goût du Moyen-Âge, Plon, Paris, 1996.' id='nh2'>2</a>]. D'une instrumentalisation l'autre, plus ou moins dans le même temps, minorités et autonomistes produisent d'autres médiévalismes, comme inverses, pour refuser le caractère univoque du récit national et le mythe du progrès [<a href='#nb3' class='spip_note' rel='footnote' title='Voir par exemple : Soula René, Les Cathares entre légende et histoire. La (...)' id='nh3'>3</a>] . À l'heure de la globalisation et de son corollaire, la crise du sentiment d'appartenance nationale, la portée politique de ce recours au passé médiéval, loin de s'affaiblir, s'actualise [<a href='#nb4' class='spip_note' rel='footnote' title='Carpegna Falconieri Tommaso di, Médiéval et militant. Penser le contemporain (...)' id='nh4'>4</a>]. Occupée à écrire son roman continental, l'Union européenne en quête de racines excipe de Charlemagne comme des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, pour (se) convaincre de son unité millénaire. D'une échelle l'autre, le Moyen Âge est par ailleurs appelé au secours de la guerre civilisationnelle que se livrent l'Occident et les mouvements islamistes, tous les belligérants quel que soit leur camp nourrissant leur rhétorique médiatique, les uns de « croisades » à conduire en même temps que d'un « retour au Moyen Âge » à conjurer, les autres de « croisés » à combattre.</p> <p>Cela étant, aujourd'hui sans doute plus qu'hier, l'on se méprendrait à aborder l'invocation du passé médiéval sous le seul angle de ses incidences politiques ou géopolitiques. Le suggère en tout cas l'extension du spectre de ses usages, dans les domaines du jeu [<a href='#nb5' class='spip_note' rel='footnote' title='Eidôlon, « Le Moyen Âge en Jeu », n°86, 2009.' id='nh5'>5</a>], de la fête [<a href='#nb6' class='spip_note' rel='footnote' title='Histoire et Images médiévales, « Ils font revivre le Moyen Âge », n°24, (...)' id='nh6'>6</a>], de l'offre touristique [<a href='#nb7' class='spip_note' rel='footnote' title='ESPACES tourisme et loisirs, « L'imaginaire du Moyen Âge, facteur (...)' id='nh7'>7</a>], etc. (qui n'exclut pas, bien au contraire, la régénération de ses « réceptions » en littérature, au cinéma, au théâtre, en architecture, ou encore dans les arts plastiques) aussi bien que la diversité des enjeux qui leurs sont associés (localistes, sociaux, culturels, économiques, etc.). Les nouvelles manières de « faire sens » que ces évolutions signalent à notre attention vont à l'évidence de pair avec l'avènement d'une autre image du Moyen Âge. Les connotations négatives qui lui sont depuis si longtemps attachées malgré les mérites qu'on a pu concomitamment lui reconnaître, tendent à s'estomper jusqu'à conduire au constat d'une « métamorphose » [<a href='#nb8' class='spip_note' rel='footnote' title='Amalvi Christian, « Du Moyen-Âge barbare au Moyen-Âge matrice de la modernité (...)' id='nh8'>8</a>]. Selon Christian Amalvi, celle-ci trouve l'une de ses raisons d'être dans le détachement des doctrines et des traditions confessionnelles instituées, et, conséquemment, dans le moindre écho que rencontre aujourd'hui le combat pour la laïcité. Si, de fait, l'affaiblissement de ce débat profite au Moyen Âge que d'aucuns associaient volontiers à l'intolérance et à l'enrégimentement religieux, il n'explique pas seul ce revirement. Y contribuent par ailleurs, nous dit l'historien, le regard porté par les historiens contemporains, nettement moins disqualifiant que par le passé, et les efforts de vulgarisation dont ont bénéficié leurs travaux auprès du grand public. Mais l'assomption du Moyen Âge doit aussi beaucoup aux nouvelles conceptions du Temps et de l'Histoire apparues avec la fin des utopies totalitaires. Les crises ne sont plus tant regardées comme des ruptures, préludes aux tables rases du passé, que perçues comme des « dénouements » [<a href='#nb9' class='spip_note' rel='footnote' title='Ruffel Olivier, Le dénouement, Lagrasse, Verdier, 2005.' id='nh9'>9</a>], ponctuant une marche du temps complexe, tournée non seulement vers le passé mais aussi vers le futur. Forçant quelque peu le trait en soutenant que « le passé est devenu notre utopie », Christian Amalvi donne la mesure de ce renversement qui participe de la faveur actuelle que rencontre le Moyen Âge.</p> <p>Cet engouement revêt des formes dont le déploiement, loin des « centres de savanterie professionnelle », et donc affranchi de « l'influence de la science professionnelle » [<a href='#nb10' class='spip_note' rel='footnote' title='Rider Jeff, « L'utilité du Moyen Âge », Itinéraires LTC, 3, 2010 : (...)' id='nh10'>10</a>]., inspire méfiance aux médiévistes, lesquels regardent « cette représentation imaginaire privée et subjective des mondes passés, une représentation que l'on pourrait appeler médiévalisante, comme naïve et immédiate » [<a href='#nb11' class='spip_note' rel='footnote' title='Ibid. : 41.' id='nh11'>11</a>]. Abandonnant l'historien à « son érudition et [à] sa hauteur de vue » [<a href='#nb12' class='spip_note' rel='footnote' title='Bartholeyns Gil, « Loin de l'Histoire », Le Débat, Vol 5, n° 177, 2013 : (...)' id='nh12'>12</a>]., on le laissera juger de cet « historicisme populaire » [<a href='#nb13' class='spip_note' rel='footnote' title='Ridder, op. cit. : 42.' id='nh13'>13</a>]et de sa plus ou moins grande conformité à l'historicisme scientifique dont lui-même se revendique, ainsi que du passé qui en procède, selon lui « anhistorique » [<a href='#nb14' class='spip_note' rel='footnote' title='Ibid. : 41.' id='nh14'>14</a>]ou « non-historique » [<a href='#nb15' class='spip_note' rel='footnote' title='Bartholeyns, op. cit. : 117.' id='nh15'>15</a>], « fantasmé ou folklorique » [<a href='#nb16' class='spip_note' rel='footnote' title='Ibid. : 118.' id='nh16'>16</a>]. Car l'on peut tout aussi bien appréhender le passé ainsi produit pour ce qu'il est, en l'occurrence « une esthétique, une atmosphère » [<a href='#nb17' class='spip_note' rel='footnote' title='Ibid. : 117.' id='nh17'>17</a>], « un passé purement aspectuel, poétique ou dramatique » [<a href='#nb18' class='spip_note' rel='footnote' title='Ibid. : 117.' id='nh18'>18</a>]. Adoptant cette perspective, Gil Bartholeyns montre que le cinéma, à l'instar de la littérature, se préoccupe moins de faire œuvre d'historien que d'user du « caractère exogène des situations pour exprimer une vérité humaine qui transcende précisément l'histoire » [<a href='#nb19' class='spip_note' rel='footnote' title='Bartholeyns Gil, « Le passé sans l'histoire. Vers une anthropologie culturelle (...)' id='nh19'>19</a>]. Parallèlement, cet historien des cultures visuelles se penche sur les jeux de rôles grandeur nature et, convaincu de l'inanité de toute interprétation du phénomène en termes d' « actualisation historique », il propose de considérer le Moyen Âge comme « un opérateur ludique », doté d' « une fonction créatrice » [<a href='#nb20' class='spip_note' rel='footnote' title='Ibid. : 58.' id='nh20'>20</a>]. Fort du constat que le Moyen Âge « est un moyen et non une fin » [<a href='#nb21' class='spip_note' rel='footnote' title='Bartholeyns Gil et Bonvoisin Daniel, « Le Moyen Âge sinon rien. Statut et (...)' id='nh21'>21</a>], il identifie « une troisième espèce vivante du passé » [<a href='#nb22' class='spip_note' rel='footnote' title='Bartholeyns, 2013, op. cit. : 118.' id='nh22'>22</a>], distincte de l'histoire et de la mémoire, nous invitant dans la foulée à « entreprendre une anthropologie des pratiques du passé » [<a href='#nb23' class='spip_note' rel='footnote' title='Bartholeyns, Bonvoisin, op. cit. : 55.' id='nh23'>23</a>].</p> <p>Dans la même perspective, les sciences de l'information et de la communication (SIC) ont ouvert, depuis une dizaine d'années, un champ de recherche sur les médiévalismes et leurs circulations dans l'espace public aujourd'hui. Parmi les premiers, Gérard Chandès, a envisagé ces questions de manière théorique en proposant en 2007 <i>un modèle sémio-pragmatique d'information et de communication appliqué aux représentations du Moyen Age</i>. [<a href='#nb24' class='spip_note' rel='footnote' title='Chandès Gérard, SEMIO/SPHERE/TRANS/MEDIEVALE. Un modèle sémiopragmatique (...)' id='nh24'>24</a>]Les résurgences néo médiévales ou transmédiévales, sont une réalité contemporaine indéniable que d'autres chercheurs en SIC ont cherché à mettre au jour. Ces travaux sur la symbolique médiévale et la prégnance contemporaine de la « sémiosphère transmédiévale » dessinent peu à peu les modalités et les finalités des relations que la modernité (c'est-à-dire nous) entretient avec le Moyen Âge (c'est à dire une altérité) à travers une kyrielle de documents d'objets ou de dispositifs médiateurs. Cette étude des discours à thématiques médiévales dans la culture contemporaine s'appuie sur les traces symboliques et matérielles du Moyen Age et ce qu'en disent différents protagonistes. Ce faisant ils observent les représentations et re-sémantisations du Moyen Age dans les documents, les événements et les manifestations à sujets médiévalisants d'aujourd'hui. Les thématiques de l'historiographie médiévale, la chevalerie, la féodalité, la foi, l'héroïsme, etc. sont réutilisés et chargés de sens nouveaux. Les processus de communication et les objets hétérogènes ainsi mis au jour sont observés dans leurs « croisements symboliques ». Les phénomènes communicationnels aussi divers que la publicité [<a href='#nb25' class='spip_note' rel='footnote' title='Bocquet Martine, Communication des entreprises et des institutions : Un (...)' id='nh25'>25</a>], la musique ou le théâtre [<a href='#nb26' class='spip_note' rel='footnote' title='Deramond Julie, « Les cantiques sur Jeanne d'Arc, ou quand l'Église fait sa (...)' id='nh26'>26</a>], les reconstitutions médiévales [<a href='#nb27' class='spip_note' rel='footnote' title='Paris Emmanuel, « Fêter le Moyen Âge en l'absence de ces vestiges », Espaces, (...)' id='nh27'>27</a>], la communication institutionnelle transmédiatique [<a href='#nb28' class='spip_note' rel='footnote' title='Bideran Jessica De, Bourdaa Mélanie, Argod Pascale, Bernard Katy, « Les voies (...)' id='nh28'>28</a>] constituent un corpus dont il convient de déceler les enjeux et les contours tout en montrant comment naissent et circulent les stéréotypes néomédiévaux ou se crée une typologie des discours transmédiévaux déterminant « les signes élémentaires de ce qui peut être perçu comme "médiéval" hors du champ de l'érudition » [<a href='#nb29' class='spip_note' rel='footnote' title='Chandès Gérard, « Réplicateurs visuels et sonores du monde néo médiéval », in (...)' id='nh29'>29</a>]. Des formes manifestes de Moyen Age circulent dans l'espace public de la culture et du patrimoine. Ces formes figuratives simples comme le cercle, le créneau ou la croix « ne sont pas seulement un véhicule (de l'identité médiévale), mais aussi un pilote (du discours néo médiéval) autrement dit elles ne servent pas seulement à dupliquer le discours médiéval, mais plus encore à le répliquer » [<a href='#nb30' class='spip_note' rel='footnote' title='Ibid. : 168.' id='nh30'>30</a>].</p> <p>Marchant dans les pas de ses chercheurs en anthropologie, en sociologie ou en sciences de l'information et de la communication, nous aurons en premier lieu soin d'apporter au tableau des médiévalismes contemporains les nuances qui s'imposent. Ainsi nous semble devoir être corrigée l'impression d'un grand partage entre historicismes, savant et populaire. Sans contester la pertinence de ces polarités ainsi que leur utilité heuristique, nous prendrons acte de l'absence de solution de continuité et, partant, d'une réalité plus feuilletée dont témoignent un certain nombre d'enquêtes récentes [<a href='#nb31' class='spip_note' rel='footnote' title='Tuaillon Demésy Audrey, La re-création du passé : enjeux identitaires et (...)' id='nh31'>31</a>] . En effet, la reconstitution historique, et plus largement l'histoire vivante, mêlent plus ou moins les genres. Tout en sachant bien faire le départ entre « reconstitution » et « évocation », entre savoir scientifique et culture populaire, et jouer de ces distinctions pour se démarquer les uns des autres, les praticiens du Moyen Âge concernés allient, dans des proportions variables, travail de recherche et simple quête de vraisemblance, reproduction à l'identique et approximations, histoire événementielle et histoire de la vie quotidienne, intervention au sein de l'institution patrimoniale (musée, monument, etc.) et prestation pour l'industrie touristique, dialogue avec les publics et goût de l'entre-soi, déconstruction des représentations et reconduction des stéréotypes, didactisme et divertissement, incitation à la participation et invitation à une consommation passive, etc. Or c'est précisément ces situations d'« entre-deux » que nous nous proposons d'explorer plus avant à l'occasion de ce colloque, sans perdre de vue le <i>continuum </i> dans lequel elles s'inscrivent, de l'expérimentation archéologique la plus soucieuse d'exactitude scientifique aux <i>med fan games</i> livrés aux imaginations les plus débridées.</p> <p>Car dans leur diversité et complexité, toutes ces manières de ressusciter le Moyen Âge ne sont pas sans évoquer les tensions, sinon les contradictions, observables au cœur de notre présent du patrimoine. Qu'est-ce à dire ? Analysant, dans une perspective historique et anthropologique, les rapports des sociétés occidentales à la pérennité, Daniel Fabre a bien mis en évidence le fait que l'avènement relativement récent du « patrimoine » [<a href='#nb32' class='spip_note' rel='footnote' title='Voisenat Claudie, « Le tournant patrimonial », in Claudie Voisenat & (...)' id='nh32'>32</a>], après celui du « monument » au XIXème siècle, n'a pas entraîné la substitution du premier (chronologiquement parlant) par le second, mais a plutôt donné lieu à un phénomène de superposition, dans un rapport qui est moins d'élimination que de réemploi [<a href='#nb33' class='spip_note' rel='footnote' title='Fabre Daniel, « L'ordinaire, le familier, l'intime, loin du monument », in (...)' id='nh33'>33</a>]. De fait, coexistent les logiques quelque peu antinomiques dont procèdent les deux « dispositifs » (au sens foucaldien du terme) : entre autres, l'extension des limites du patrimonialisable jusqu'aux limites de l'immatériel, l'affirmation du droit des « communautés » à patrimonialiser ou encore la prééminence accordée à l'expérience dans l'appropriation et la jouissance des biens patrimonialisés constituent quelques-unes des tendances propres à contredire le principe de l'onction monumentale, quant à elle prérogative de l'État et réservée aux seuls emblèmes d'une histoire nationale, laquelle ne se transmet bien que par le truchement du récit. Les médiations, situées au mitan de la chaîne patrimoniale et formant de fait ce nœud où se rencontrent, s'entremêlent, voire se fertilisent les représentations portées par les experts et les publics, donnent tout particulièrement bien à voir ce présent contrasté. Du reste, plus qu'elles n'en forment l'observatoire idéal, elles en semblent le symptôme, ne serait-ce qu'en tant que « démarche vers (de) l'autre » [<a href='#nb34' class='spip_note' rel='footnote' title='Caillet Élisabeth, « L'ambiguïté de la médiation culturelle : entre savoir et (...)' id='nh34'>34</a>]propre à concilier les impératifs de démocratisation et de démocratie culturelles, respectivement assignables à l'un et l'autre paradigmes [<a href='#nb35' class='spip_note' rel='footnote' title='Sagnes Sylvie, « Au miroir de la médiation : le présent du patrimoine », Le (...)' id='nh35'>35</a>] . Pour en revenir aux médiévalismes qui nous occupent, nul doute, au regard de ce que les premières études en ont révélé, qu'ils sont au diapason de notre passé présent et des médiations qui lui sont consubstantielles. Voire en donnent-ils le la.</p> <p>L'objet de ce colloque, « Vivre et faire vivre le Moyen Âge », qui pour faire droit aux médiévalismes contemporains, s'intéressera à leurs différentes expressions, aux acteurs qui s'en revendiquent, aux enjeux qui les sous-tendent, tentera de cerner cet archétypisme dont nous faisons ici l'hypothèse. Mais plutôt que de viser l'inventaire exhaustif des pratiques, des praticiens et des intentions, il nous paraît plus pertinent d'encourager, dans le sillage des <i>heritage studies,</i> et ce à partir d'enquêtes situées, des angles d'approche encore peu usités, tels la place faite aux femmes, le rôle assignés aux enfants, la mise en œuvre et l'usage des dispositifs participatifs, ou encore la manière dont ces Moyen Âge ressuscités animent les traces (artefacts, monuments, archives, etc.) et agissent sur leur représentation. La diversité de ces entrées, adossée à la perspective résolument pluridisciplinaire et comparatiste qui présidera à cette rencontre, permettra de multiplier et de croiser les points de vue de manière à mieux appréhender ces médiévalismes et à mieux comprendre la manière dont ils s'inscrivent, tout en saillance, dans notre modernité patrimoniale.</p> <h3 class='h3 spip'>Comité scientifique</h3> <p><strong>- Christian Amalvi, PR en Histoire contemporaine, Université Paul Valéry, Montpellier, CRISES <br /><img src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Tiphaine Barthélémy de Saizieu, PR en anthropologie et sociologie, Université de Picardie - Jules-Verne, CURAPP-ESS <br /><img src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Laure Barthet, Conservateur du Musée Saint-Raymond, Toulouse <br /><img src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Gérard Chandès, PR en SIC, Université de Limoges, CeReS <br /><img src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Patrick Fraysse, MCF HDR en SIC Université Paul Sabatier Toulouse 3, LERASS <br /><img src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Manon Istasse, ethnologue, chargée de recherches FNRS, LAMC, Université libre de Bruxelles <br /><img src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Daniel Jaquet, Université de Berne, Institut d'Histoire et Musée militaire, Château de Morges et ses musées <br /><img src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Laurent Macé, PR Histoire, Université Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA – Terrae. <br /><img src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Gérard Régimbeau, PR en SIC, Université Montpellier 3 Paul Valéry, LERASS-CERIC <br /><img src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Sylvie Sagnes, ethnologue, CR CNRS, IIAC - Equipe Lahic, présidente de l'Ethnopôle GARAE <br /><img src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Claudie Voisenat, ethnologue, chargée de mission pour la recherche, ministère de la Culture, mise à disposition du CNRS, IIAC – Équipe Lahic</strong> <br/> <br/> <br/> <br/> <br/> <br/> <br/> <br/> <br/></p></div> <hr /> <div class='rss_notes'><p>[<a href='#nh1' id='nb1' class='spip_note' title='Notes 1' rev='footnote'>1</a>] Durand-Le Guern Isabelle, <i>Le Moyen Âge des romantiques</i>, PUR, Rennes, 2001 ; G. Keller Barbara, 1994, <i>The Middle Ages Reconsidered : Attitudes in France from the Eighteenth Century through the Romantic Movement</i>, New York, Peter Lang..</p> <p>[<a href='#nh2' id='nb2' class='spip_note' title='Notes 2' rev='footnote'>2</a>] Amalvi Christian, <i>Le Goût du Moyen-Âge</i>, Plon, Paris, 1996.</p> <p>[<a href='#nh3' id='nb3' class='spip_note' title='Notes 3' rev='footnote'>3</a>] Voir par exemple : Soula René, <i>Les Cathares entre légende et histoire. La mémoire de l'albigéisme du XIXème siècle à nos jours</i>, Institut d'Études Occitanes, Toulouse, 2005 ; Karine-Larissa Basset, <i>Le légendaire sarrasin en France. Configurations et histoire d'un contre-récit national</i>, Grenoble, Centre alpin et rhodanien d'ethnologie, 2006.</p> <p>[<a href='#nh4' id='nb4' class='spip_note' title='Notes 4' rev='footnote'>4</a>] Carpegna Falconieri Tommaso di, <i>Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge</i>, (traduit de l'italien par Michèle Grévin), Publications de la Sorbonne, Paris, 2015.</p> <p>[<a href='#nh5' id='nb5' class='spip_note' title='Notes 5' rev='footnote'>5</a>] <i>Eidôlon</i>, « Le Moyen Âge en Jeu », n°86, 2009.</p> <p>[<a href='#nh6' id='nb6' class='spip_note' title='Notes 6' rev='footnote'>6</a>] <i>Histoire et Images médiévales</i>, « Ils font revivre le Moyen Âge », n°24, 2011.</p> <p>[<a href='#nh7' id='nb7' class='spip_note' title='Notes 7' rev='footnote'>7</a>] <i>ESPACES tourisme et loisirs</i>, « L'imaginaire du Moyen Âge, facteur d'attractivité touristique », n° 312, 2013.</p> <p>[<a href='#nh8' id='nb8' class='spip_note' title='Notes 8' rev='footnote'>8</a>] Amalvi Christian, « Du Moyen-Âge barbare au Moyen-Âge matrice de la modernité : histoire d'une métamorphose historiographique. Du romantisme à l'histoire des mentalités 1830-2015 », <i>Perspectives médiévales. Revue d'épistémologie des langues et littératures du Moyen Âge</i>, 37, 2016 [en ligne] <a href="https://journals.openedition.org/peme/9550" class='spip_url spip_out' rel='nofollow external'>https://journals.openedition.org/pe...</a></p> <p>[<a href='#nh9' id='nb9' class='spip_note' title='Notes 9' rev='footnote'>9</a>] Ruffel Olivier, <i>Le dénouement</i>, Lagrasse, Verdier, 2005.</p> <p>[<a href='#nh10' id='nb10' class='spip_note' title='Notes 10' rev='footnote'>10</a>] Rider Jeff, « L'utilité du Moyen Âge », <i>Itinéraires LTC</i>, 3, 2010 : 40</p> <p>[<a href='#nh11' id='nb11' class='spip_note' title='Notes 11' rev='footnote'>11</a>] <i>Ibid</i>. : 41.</p> <p>[<a href='#nh12' id='nb12' class='spip_note' title='Notes 12' rev='footnote'>12</a>] Bartholeyns Gil, « Loin de l'Histoire », <i>Le Débat</i>, Vol 5, n° 177, 2013 : 118</p> <p>[<a href='#nh13' id='nb13' class='spip_note' title='Notes 13' rev='footnote'>13</a>] Ridder, <i>op. cit</i>. : 42.</p> <p>[<a href='#nh14' id='nb14' class='spip_note' title='Notes 14' rev='footnote'>14</a>] <i>Ibid</i>. : 41.</p> <p>[<a href='#nh15' id='nb15' class='spip_note' title='Notes 15' rev='footnote'>15</a>] Bartholeyns, <i>op. cit. </i> : 117.</p> <p>[<a href='#nh16' id='nb16' class='spip_note' title='Notes 16' rev='footnote'>16</a>] <i>Ibid.</i> : 118.</p> <p>[<a href='#nh17' id='nb17' class='spip_note' title='Notes 17' rev='footnote'>17</a>] <i>Ibid.</i> : 117.</p> <p>[<a href='#nh18' id='nb18' class='spip_note' title='Notes 18' rev='footnote'>18</a>] <i>Ibid. </i> : 117.</p> <p>[<a href='#nh19' id='nb19' class='spip_note' title='Notes 19' rev='footnote'>19</a>] Bartholeyns Gil, « Le passé sans l'histoire. Vers une anthropologie culturelle du temps », <i>Itinéraires LTC,</i> 3, 2010 : 53.</p> <p>[<a href='#nh20' id='nb20' class='spip_note' title='Notes 20' rev='footnote'>20</a>] <i>Ibid.</i> : 58.</p> <p>[<a href='#nh21' id='nb21' class='spip_note' title='Notes 21' rev='footnote'>21</a>] Bartholeyns Gil et Bonvoisin Daniel, « Le Moyen Âge sinon rien. Statut et usage du passé dans le jeu de rôles grandeur nature », in Élodie Burle-Errecade et Valérie Naudet (dir.), <i>Fantasmagories du Moyen Âge. Entre médiéval et moyenâgeux</i>, Aix-Marseille, Presses universitaires de Provence, 2014 : 54.</p> <p>[<a href='#nh22' id='nb22' class='spip_note' title='Notes 22' rev='footnote'>22</a>] Bartholeyns, 2013, <i>op. cit.</i> : 118.</p> <p>[<a href='#nh23' id='nb23' class='spip_note' title='Notes 23' rev='footnote'>23</a>] Bartholeyns, Bonvoisin, <i>op. cit.</i> : 55.</p> <p>[<a href='#nh24' id='nb24' class='spip_note' title='Notes 24' rev='footnote'>24</a>] Chandès Gérard, <i>SEMIO/SPHERE/TRANS/MEDIEVALE. Un modèle sémiopragmatique d'information et de communication appliqué aux représentations du moyen âge</i>, Université de Limoges - Centre d'Etudes et de Recherches Sémiotiques Édition entièrement revue, mise à jour et augmentée de l'étude originale rédigée en 2004-2005 pour un dossier d'Habilitation à Diriger la Recherche (Université de Poitiers, 2006), 2007, [en ligne] <a href="http://epublications.unilim.fr/revues/as/pdf/4783" class='spip_url spip_out' rel='nofollow external'>http://epublications.unilim.fr/revu...</a></p> <p>[<a href='#nh25' id='nb25' class='spip_note' title='Notes 25' rev='footnote'>25</a>] Bocquet Martine, <i>Communication des entreprises et des institutions : Un regard médiéval</i>, Paris, L'Harmattan, 2015.</p> <p>[<a href='#nh26' id='nb26' class='spip_note' title='Notes 26' rev='footnote'>26</a>] Deramond Julie, « Les cantiques sur Jeanne d'Arc, ou quand l'Église fait sa publicité (1870-1920) », <i>Le Temps des Médias</i>, n°17, 2011 : 21 -29.</p> <p>[<a href='#nh27' id='nb27' class='spip_note' title='Notes 27' rev='footnote'>27</a>] Paris Emmanuel, « Fêter le Moyen Âge en l'absence de ces vestiges », <i>Espaces</i>, n°312, 2013 : 102-112 ; ou Fraysse Patrick, « Images du Moyen-Age dans la ville : l'inscription spatiale de médiévalité », <i>Communication et langages</i>, n°171, 2012 : 3-18.</p> <p>[<a href='#nh28' id='nb28' class='spip_note' title='Notes 28' rev='footnote'>28</a>] Bideran Jessica De, Bourdaa Mélanie, Argod Pascale, Bernard Katy, « Les voies d'Aliénor ou la construction d'un médiévalisme transmédiatique », dans <i>revue ¿ Interrogations ?</i>, n° 26, Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge, 2018, [en ligne], <a href="http://www.revue-interrogations.org/Les-voies-d-Alienor-ou-la" class='spip_url spip_out' rel='nofollow external'>http://www.revue-interrogations.org...</a></p> <p>[<a href='#nh29' id='nb29' class='spip_note' title='Notes 29' rev='footnote'>29</a>] Chandès Gérard, « Réplicateurs visuels et sonores du monde néo médiéval », in Vincent Ferré (dir.), <i>Médiévalisme, modernité du Moyen Âge</i>, Paris, L'Harmattan, 2010 : 396.</p> <p>[<a href='#nh30' id='nb30' class='spip_note' title='Notes 30' rev='footnote'>30</a>] <i>Ibid</i>. : 168.</p> <p>[<a href='#nh31' id='nb31' class='spip_note' title='Notes 31' rev='footnote'>31</a>] Tuaillon Demésy Audrey, <i>La re-création du passé : enjeux identitaires et mémoriels</i>, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2013 ; « Mémoire, histoire et patrimoine. Une illustration : la pratique de l'histoire vivante médiévale », <i>Émulations</i>, n°11, 2013 : 2-8 ; « L'histoire vivante médiévale. Pour une ethnographie du "passé contemporain" », <i>Ethnologie française</i>, Vol 44, n°4, 2014 : 725-736 ; « La cuisine des reconstitutions historiques : réinventer l'alimentation du passé », <i>Anthropologie et Sociétés</i>, 42(1), 2018 : 289–309 ; Fraysse Patrick, « Les mises en scène du Moyen Âge dans les fêtes populaires médiévales », <i>Communication & langages</i>, n°191, 2017 : 29-50 ; Fraysse Patrick, Barthet Laure, « Muret 2013, reconstitution d'une bataille médiévale méridionale oubliée », <i>¿ Interrogations ?</i>, n° 26, Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge, 2018 [En ligne] <a href="http://www.revue-interrogations.org/Muret-2013-reconstitution-d-une" class='spip_url spip_out' rel='nofollow external'>http://www.revue-interrogations.org...</a></p> <p>[<a href='#nh32' id='nb32' class='spip_note' title='Notes 32' rev='footnote'>32</a>] Voisenat Claudie, « Le tournant patrimonial », in Claudie Voisenat & Christian Hottin (dir.), <i>Le Tournant patrimonial. Mutations contemporaines des métiers du patrimoine</i>, Paris, MSH, 2016 : 17-41.</p> <p>[<a href='#nh33' id='nb33' class='spip_note' title='Notes 33' rev='footnote'>33</a>] Fabre Daniel, « L'ordinaire, le familier, l'intime, loin du monument », in Claudie Voisenat & Christian Hottin (dir.), <i>Le Tournant patrimonial. Mutations contemporaines des métiers du patrimoine</i>, Paris, MSH/MC, 2016 : p. 43-58.</p> <p>[<a href='#nh34' id='nb34' class='spip_note' title='Notes 34' rev='footnote'>34</a>] Caillet Élisabeth, « L'ambiguïté de la médiation culturelle : entre savoir et présence »,<i> Publics et Musées</i>, n° 6, 1994 : 60.</p> <p>[<a href='#nh35' id='nb35' class='spip_note' title='Notes 35' rev='footnote'>35</a>] Sagnes Sylvie, « Au miroir de la médiation : le présent du patrimoine », <i>Le patrimoine comme expérience. Implications anthropologiques</i>, (sous la direction de Jean-Louis Tornatore), MSH, Paris, à paraître.</p></div> <div class='rss_ps'><h3 class='h3 spip'>Note aux candidats</h3> <p>Les propositions de communication devront être adressées <strong>au plus tard le 19 novembre 2018 à l'adresse suivante : <a href="mailto:colloque.medievalisme@gmail.com" class='spip_mail'>colloque.medievalisme@gmail.com</a></strong><br/> Elles devront répondre aux normes suivantes : <br /><img src="http://garae.fr/new/squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Nom, prénom du ou des auteurs <br /><img src="http://garae.fr/new/squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Statut(s) et institution(s) de rattachement <br /><img src="http://garae.fr/new/squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Adresse(s) de messagerie <br /><img src="http://garae.fr/new/squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Titre de la communication proposée <br /><img src="http://garae.fr/new/squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Résumé de la proposition, de 2 000 signes maximum</p> <p>Les propositions reçues seront évaluées de façon anonyme par le comité scientifique. Des réponses seront rendues dans le courant de la deuxième quinzaine de décembre 2018.</p> <p>Les propositions retenues devront donner lieu à un texte le plus abouti possible à la veille du colloque, de façon à pouvoir être communiquées aux modérateurs. Ces premières versions devront être transmises au plus tard le 1er juin 2019. Dans l'optique d'une publication collective, les versions définitives seront attendues pour le 20 septembre 2019. <br/> <br/></p></div> Le temps d'un été http://garae.fr/new/spip.php?article475 http://garae.fr/new/spip.php?article475 2018-10-02T13:10:17Z text/html fr ethno garae Mise en avant Actualites <p><strong>Dans le cadre du cycle de projections : Maurice Failevic ou la dialectique du réel.</strong><br/>Projection le 25 octobre 2018 à 18 heures <br/> Maison des Mémoires - 2ème étage Entrée libre, places limitées, Inscription obligatoire.</p> - <a href="http://garae.fr/new/spip.php?rubrique123" rel="directory">9974.2018-2019 Maurice Failevic ou la dialectique du réel</a> / <a href="http://garae.fr/new/spip.php?mot13" rel="tag">Mise en avant Actualites</a> <img class='spip_logos' alt="" align="right" src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L150xH65/arton475-fda76.jpg" width='150' height='65' style='height:65px;width:150px;' /> <div class='rss_texte'><p><strong>Présenté par Jean-Michel Martinat</strong></p> <p>Dans un village, près de Carcassonne. Ce pays, dont la principale ressource est la vigne voit depuis quelques générations les jeunes partir les uns après les autres : les garçons parce qu'ils ne veulent plus travailler la terre, les filles parce qu'elles refusent d'être femmes de paysans. À la faveur d'amours estivales, Antoine, vieux garçon, sera confronté à ce dilemne : rester au village ou partir à Paris.</p> <p>Avec Pierre Maguelon, Jo Charrier, Sylvie Herbert... et les habitants de Cabrespine.</p></div> Journées européennes du Patrimoine 2018 : L'art du partage http://garae.fr/new/spip.php?article474 http://garae.fr/new/spip.php?article474 2018-09-11T09:17:40Z text/html fr ethno garae Mise en avant Actualites <p>A l'occasion des 35ème journées européennes du patrimoine placées sous le signe de "l'art du partage", l'Ethnopôle Garae présente une exposition virtuelle : <strong>l'Ethnologie en partage</strong>.</p> - <a href="http://garae.fr/new/spip.php?rubrique41" rel="directory">Journées du patrimoine</a> / <a href="http://garae.fr/new/spip.php?mot13" rel="tag">Mise en avant Actualites</a> <img class='spip_logos' alt="" align="right" src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L150xH113/arton474-d1c53.jpg" width='150' height='113' style='height:113px;width:150px;' /> <div class='rss_texte'><p>À considérer l'image qu'offrent les publications ethnologiques dans le domaine européen au cours des dernières décennies, se dessine une mosaïque aux formes fluctuantes qui traduit assez bien la richesse et le dynamisme des recherches conduites dans ces pays. Aisément constatable, cette multiplicité ne peut pourtant faire ignorer un problème crucial puisqu'il conditionne l'existence même de ces publications, à savoir celui de leur circulation et de leur accessibilité ; car mis à part les grands titres, où trouver telle revue régionale italienne, tel bulletin ethnographique portugais, catalan ou français ? Loin de revêtir partout en Europe la même ampleur, les campagnes de numérisation et de mise en ligne lancées ces dernières années n'ont pas pour l'heure permis d'apporter une solution définitive. Force est donc de constater la difficulté qu'il y a à prendre connaissance de matériaux précieux, voire d'articles de fond indispensables au bon avancement de recherches en cours. Sans prétendre, à lui seul, pallier cette carence, l'Ethnopôle Garae a créé un centre de documentation qui est à la fois un lieu de centralisation et d'échanges. Engagées depuis une trentaine d'années, ses actions ont permis de réunir un fonds considérable, tout en engageant une réflexion autour de cette thématique. L'Ethnopôle Garae, propose ici une découverte de ses fonds de revues européennes (nationales et régionales), que chacun pourra venir consulter sur place.</p> <p><a href="http://garae.fr/EXPOSITION ETHNOLOGIE EN PARTAGE JOURNEES DU PATRIMOINE 2018 (Copie NXPowerLite).pps" class='spip_out' rel='external'>Découvrez ici l'exposition <strong>L'ethnologie en partage</strong></a></p></div> Le Cassoulet. Imaginaires, pratiques et variations patrimoniales De Jean-Pierre Piniès http://garae.fr/new/spip.php?article473 http://garae.fr/new/spip.php?article473 2018-06-25T08:41:24Z text/html fr Gonçalves Christina Disponible Mise en avant Actualites <p><strong>Nouveauté :</strong> Les Editions Garae Hésiode vous présentent leur dernière publication : <strong>"Le cassoulet. Imaginaires, pratiques et variations patrimoniales de Jean-Pierre Piniès"</strong></p> - <a href="http://garae.fr/new/spip.php?rubrique28" rel="directory">1. Travaux ethnologiques</a> / <a href="http://garae.fr/new/spip.php?mot10" rel="tag">Disponible</a>, <a href="http://garae.fr/new/spip.php?mot13" rel="tag">Mise en avant Actualites</a> <img class='spip_logos' alt="" align="right" src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L148xH150/arton473-a8112.jpg" width='148' height='150' style='height:150px;width:148px;' /> <div class='rss_texte'><p>Le cassoulet dans tous ses états...</p> <p>Pourquoi un plat, aussi simple, aussi populaire, est-il l'objet d'autant de mystères et d'ambivalences, tantôt présenté comme un plat identitaire par excellence, tantôt comme un emblème prestigieux du fond identitaire de la nation ? Comment peut-il apparaître à la fois comme un produit industriel normalisé et le représentant extraordinaire d'une petite région du Languedoc, le Lauragais, où la ville de Castelnaudary se présente comme sa capitale ? Eclairer ces contradictions c'est se pencher sur le problème de son origine et de ses mythes, sur les péripéties de la construction de son image, mais aussi sur les gestes qu'elle a suscités. Ainsi, à travers la saga du cassoulet, de ses représentations et de ses rites, ce qui donne à voir c'est le cheminement puis la prise en compte d'un produit qui, au-delà de la simplicité première dans laquelle on voudrait l'enfermer, tient toute sa place dans la fructueuse constellation du patrimoine culturel immatériel.</p></div> Résistance Naturelle http://garae.fr/new/spip.php?article472 http://garae.fr/new/spip.php?article472 2018-03-26T09:58:29Z text/html fr ethno garae <p>Projection du film de Jonathan Nossiter, présenté par Christiane Amiel<br/> <strong>Mardi 24 avril 2018 à 18 heures, Maison des mémoires à Carcassonne</strong></p> - <a href="http://garae.fr/new/spip.php?rubrique122" rel="directory">9975. 2018 Travelling : Le vin et la vigne</a> <img class='spip_logos' alt="" align="right" src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L106xH150/arton472-644bf.jpg" width='106' height='150' style='height:150px;width:106px;' /> <div class='rss_texte'><p><a href="http://garae.fr/FLYER NOSSITER.pdf" class='spip_out' rel='external'>Après <i>Mondovino</i>, Jonathan Nossiter nous offre un film coup de poing sur une révolte joyeuse et radicale. Réunis sous le soleil de l'Italie, une poignée de vignerons et un directeur de cinémathèque partagent leur passion du vin et du cinéma. En quelques années, des agriculteurs libres ont transformé la conception du vin ainsi que son marché en produisant un vin dit " naturel". Par goût de la liberté, de la transmission, de l'honnêteté artisanale et de la santé de la planète (et de ses habitants), ils sont entrés en résistance contre la tyrannie du marché et des gouvernements qui le servent. Dix ans après <i>Mondovino</i>, Jonathan Nossiter part à la rencontre en Italie de ces quelques résistants, de ces passeurs de vie .</a></p> <p>" Audacieux et poétiques. Un film militant, appelant à la résistance." <i>Le Monde</i> " Chaleureux, drôle et pétillant." <i>Le Journal du Dimanche</i> " Passionnant. Un film qui montre qu'un autre modèle est possible." <i>Les Inrockuptibles</i> <br/></p> <h3 class='h3 spip'>Entrée gratuite, inscription obligatoire, places limitées</h3></div> Un an dans les vignes http://garae.fr/new/spip.php?article471 http://garae.fr/new/spip.php?article471 2018-02-22T14:02:39Z text/html fr ethno garae <p>Projection d'extraits de la série de documentaires de Paul Lacoste.<br/> Mardi 27 mars 2018 à 18 heures <br/> Maison des Mémoires à Carcassonne.<br/> <strong>Entrée gratuite, places limitées, Inscription obligatoire</strong></p> - <a href="http://garae.fr/new/spip.php?rubrique122" rel="directory">9975. 2018 Travelling : Le vin et la vigne</a> <img class='spip_logos' alt="" align="right" src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L107xH150/arton471-c95c4.jpg" width='107' height='150' style='height:150px;width:107px;' /> <div class='rss_texte'><h3 class='h3 spip'>Un an dans les vignes</h3> <p><strong>Une série documentaire de Paul Lacoste</strong></p> <p>En Languedoc, sur une année, le portrait croisé de vignerons durant l'élaboration de leur vin. Un journal intime dans lequel ils témoignent de leurs choix, de leurs doutes, de leur travail quotidien : Le vigneron, la terre, la vigne, le vin et son environnement dans tout ce qu'il a de plus antique, archaÏque, humain, jusqu'aux aspects les plus modes, éphémères, superficiels. C'est le monde rural d'aujourd'hui, l'écologie, et le temps qui passe que nous appréhendons à travers le portrait de ces vignerons et de leur terre.</p> <p> Avec Olivier Jullien (Mas Jullien) Sylvain Fadat (Domaine d'Aupilhac) et Laurent Vaillé (La Grange des Pères).</p></div> Vivre au pays ; Un homme au pays http://garae.fr/new/spip.php?article470 http://garae.fr/new/spip.php?article470 2018-02-06T16:07:16Z text/html fr ethno garae <p>Projections de deux films de Janine Charazac, présentés par Rémy Pech. <br/> Maison des Mémoires à Carcassonne, le 27 février 2018 à 18 heures.</p> - <a href="http://garae.fr/new/spip.php?rubrique122" rel="directory">9975. 2018 Travelling : Le vin et la vigne</a> <img class='spip_logos' alt="" align="right" src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L107xH150/arton470-eb4d3.jpg" width='107' height='150' style='height:150px;width:107px;' /> <div class='rss_texte'><h3 class='h3 spip'>Vivre au pays, film de Janine Charazac, 1973, 22 minutes</h3> <p>Dans l'Hérault, en 1972, les viticulteurs s'organisent pour sauvegarder leur activité malgré les problèmes économiques, l'évolution des techniques et l'exode rural des jeunes. Leurs nombreuses discussions portent sur les difficultés que rencontrent les jeunes pour s'installer, sur la diminution du nombre d'exploitations familiales et sur leurs problèmes d'endettement. Malgré ce contexte difficile, l'un d'entre eux exprime son amour sincère pour sa terre et son métier qui lui apportent le bonheur de créer et de se sentir libre.</p> <h3 class='h3 spip'>Un homme du pays, film de Janine Charazac, 1975, 41 minutes</h3> <p>L'été 1974, dans l'Hérault en pleine crise de la viticulture méridionale, Auguste Chassary, viticulteur militant, lutte pour la survie des exploitations familiales comme la sienne. Heureux d'avoir choisi ce mode de vie, il a su acquérir une liberté rare et préserver certaines valeurs (rapports humains, respect de la nature) qu'il n'aurait pu trouver en ville. Il garde espoir en une amélioration de la situation et souhaite conserver une certaine autonomie tandis que deux voisins ont décidé de regrouper leurs terres pour un meilleur rendement.</p></div> Le Midi viticole http://garae.fr/new/spip.php?article467 http://garae.fr/new/spip.php?article467 2018-02-06T15:57:42Z text/html fr ethno garae <p>Projection <br/> Mardi 12 Décembre 2017 à 18 heures<br/> Maison des Mémoires, Carcassonne</p> - <a href="http://garae.fr/new/spip.php?rubrique121" rel="directory">9976. 2017-2018 Travelling : Le vin et la vigne</a> <img class='spip_logos' alt="" align="right" src="http://garae.fr/new/local/cache-vignettes/L106xH150/arton467-3db39.jpg" width='106' height='150' style='height:150px;width:106px;' /> <div class='rss_texte'><p>Des Grecs importateurs de vin à l'implantation du vignoble romain en province Narbonnaise. Des moines défricheurs aux vins de chaudière. De la monoculture industrielle du XIXème siècle au phylloxéra. De l'Eldorado du vin à la révolte de 1907. Des premières coopératives à l'hécatombe de 14-18. Un film passionnant sur le Midi viticole.</p></div>