Accueil > Boutique > Travaux ethnologiques > Sur les traces de Roland.
Légendes et lieux carolingiens en Italie

Travaux ethnologiques

Sur les traces de Roland.
Légendes et lieux carolingiens en Italie

Anna Imelde Galletti, Roberto Roda
92 photographies, 104 pages

Cet ouvrage reprend pour l’essentiel les textes de présentation de l’exposition Sulle orme di Orlando. Leggende e luoghi carolingi in Italia. L’une des terres d’élection du cycle légendaire carolingien fut et reste encore l’Italie. Au delà des productions lettrées, quantité de formes populaires se sont inspirées de cette matière littéraire. Dans les villes et les campagnes, les lieux marqués par le passage de Charlemagne et modelés par cette lointaine histoire de Roland et des chevaliers portent toujours des noms qui rappellent la légende.

Comme on le sait la grande épopée française du Moyen Age, celle qui met en scène Charlemagne et ses preux a pour paysages de prédilection l’extrême sud de l‘Empire.
De Roncevaux â Saint-Guilhem-Le Désert en passant par Narbonne et en prolongeant vers la Provence rhodanienne les poètes parcourent les pays d’oc qui sont, à l’époque que où ils situent leur récit, la « marche » particulièrement sensible du monde chrétien.
Aussi ces grands textes, repris, prolongés, traduits en diverses langues vont- ils devenir le bien commun d’une large part de l’Europe. Au-delà du Moyen Age leurs échos retentissent encore de nos jours. Ils sont un des points d’ancrage de notre imaginaire et de notre identité commune.
L’une des terres d’élection de ce cycle légendaire carolingien fut et reste encore l’Italie. Il y eut d’abord les Reali di Francia qui poursuivaient les aventures des preux, puis l’Orlando furioso, le chef-d’oeuvre de l’Arioste.
Mais, au-delà de ces productions lettrées quantité de formes populaires se sont inspirées de cette matière littéraire exceptionnelle. Le théâtre de rue et les jeux de marionnettes, les récits de bergers, les décors peints sur les charrettes siciliennes... répètent, stylisent et embellissent un récit devenu un bien partagé. Et puis il y a, dans les villes et les campagnes, ces lieux marqués par le passage de Charlemagne, de Roland et des chevaliers, ils portent toujours des noms qui rappellent la légende, ils ont été modelés par cette lointaine histoire.
En 1987 les villes de Ferrare et de Pérouse ont pris l’initiative d’une exposition qui a été reçue en Italie comme un évènement. Avec la collaboration de plusieurs villes italiennes et de divers organismes était réuni pour la première fois un ensemble exceptionnel de chercheurs - historiens et ethnologues et réalisée une présentation synthétique accompagnée d’un luxueux catalogue qui constitue sur ce thème t’ouvrage de référence. Par ailleurs quarante quatre artistes et créateurs contemporains réalisaient pour la circonstance une oeuvre originale ayant pour thème les paladins de Charlemagne.
L’Aude et Carcassonne étaient dès le départ, dans l’esprit des organisateurs, les lieux d’accueil nature/s de l’exposition. Dans nos pays la légende carolingienne a été effet un thème de création continue Les mythes attachés h la Cité de Carcassonne les récits suscités par l’abbaye de Lapasse et qui font remonter sa fondation à Charlemagne eh personne, les noms de mégalithes et de rochers à empreintes qui rappellent le passage de Roland conçu comme un géant modeleur de paysages, autant de signes qui témoignent de la mémoire conservée de ces anciens poèmes épiques. Pour le GARAE la présentation de cette exposition s’inscrit également dans une série d’initiatives concernant les cultures méditerranéennes : rencontres internationales, expositions, éditions, mise en place d’un Centre de documentation spécialisé sur les revues d’ethnologie des pays méditerranéens élargi depuis peu aux revues littéraires.
Par ailleurs la création prochaine, avec le soutien du conseil Général de l’ Aude, de la Maison des mémoires dans la maison où vécut le poète Joë Bousquet, permettra de renforcer et de privilégier ce dialogue des cultures du Bassin méditerranéen.